Pourquoi sauvegarder les ruelles et sentiers ?

A la recherche d’études sur les sentiers, nous avons trouvé deux dossiers intéressants publiés l’un par Itinéraires Wallonie, l’autre par Etopia.  Voici quelques extraits qui rejoignent, point par point, les objectifs et motivations de notre collectif.

La santé passe par les sentiers , une évidence !
De nos jours, on peut constater, c’est une bonne chose, combien nos concitoyens sont nombreux à s’intéresser aux sentiers et chemins. La nature attire le public dans sa recherche de plein air et son besoin d’exercice. La détente par la promenade, le sport par le jogging ou le cyclisme, l’exercice par la marche, sont des activités de plus en plus pratiquées et bénéfiques pour la santé.*

La loi (sur les chemins vicinaux) est de notre côté
Ce sont essentiellement les sentiers et chemins de nos forêts, bois et campagnes qui accueillent promeneurs, randonneurs, cavaliers et sportifs. C’est dire que cette petite voirie a beaucoup d’importance pour la détente et les loisirs et qu’il est donc nécessaire de veiller, non seulement à son entretien et à garantir sa pérennité, mais aussi de faire rétablir les « maillons manquants » du réseau. Cette démarche implique plus que jamais des actions de défense, tant la petite voirie est actuellement menacée. Quand on annonce la prochaine suppression d’un chemin, lorsqu’on trouve tout à coup un sentier fermé par un obstacle, labouré ou annexé à une propriété, ou encore, si on remarque l’impossibilité de circuler sur une voie récupérée par la végétation, on se  doit de réagir.*
Il existe des moyens légaux !

Les  chemins et sentiers font souvent partie de notre patrimoine.
Du temps où on se déplaçait plus à pied qu’en auto, ces chemins et sentiers étaient utilisés par une partie importante de la population : les travailleurs qui se rendaient au travail, les écoliers qui allaient à l’école, les paroissiens qui se rendaient à la messe, les chalands ou les clients qui se rendaient à la ville ou au marché, les paysans qui partaient cultiver leurs champs, les exploitants forestiers, les pèlerins… Ces chemins et sentiers ont des choses à nous raconter, ils font partie de notre histoire et nous mènent à des lieux intéressants (bornes, vestiges divers, points  de vue originaux…).**

La réhabilitation des sentiers renforce le tourisme de proximité
Nos provinces regorgent de beaux lieux à visiter, dans le cadre d’un tourisme d’un jour ou à tout le moins de courte durée, pas loin de chez soi.  Réhabiliter un sentier, mettre à jour les cartes, tracer des itinéraires de promenade et les promouvoir, tout cela contribue à renforcer l’attrait de nos vertes campagnes.**

Les chemins et sentiers sont un atout pour une mobilité plus douce
Pour accepter d’abandonner sa voiture au profit d’un peu de marche,il faut disposer des chemins ou sentiers réellement accessibles, en bon état, plus sécurisants et, tant qu’à faire, permettant des itinéraires plus courts que les voies carrossables. Bien souvent, cette voirie alternative a été abandonnée au profit de routes. Réhabilitée, elle peut servir d’itinéraire bis, permettant d’éviter les passages ou les endroits dangereux. En agglomération, les chemins de messe, qui serpentent entre les jardins particuliers, sont des itinéraires à redécouvrir !**

Les chemins et sentiers constituent des couloirs écologiques, véritables réservoirs de biodiversité.
Les  petites voiries, souvent bordées de bandes herbacées, de talus, de fossés, de haies ou d’arbres, jouent un rôle de couloir écologique et de refuge essentiel pour le maintien de la biodiversité, notamment génétique, en reliant les différents milieux naturels entre eux par un maillage permettant le déplacement de la faune et de la flore à travers le territoire. Traversant des milieux parfois pauvres en biodiversité, parce qu’urbanisés ou cultivés, ces petites voies – que nous aimons emprunter -le seront aussi par les animaux. Ce rôle moins connu des chemins et sentiers n’en est pas moins important. Et il est primordial de penser, lorsqu’on entend préserver les voies vicinales, à préserver leur impact positif sur la nature, voire à l’améliorer.**

Convaincu-e par ces points de vue ? Rejoignez-nous!

Christine Caille

Sources :
*Recueil d’information sur la petite voirie- Asbl Itinéraires  Wallonie
**Sauver et promouvoir les sentiers – Collection Biens communs- Asbl Etopia 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.