Anderlues: photos de la balade nature

Au terril de la Cokerie, la nature colonise les décombres pollués

Dimanche dernier, nous avons eu la chance d’explorer les milieux naturels qui recouvrent  l’ancien terril de la Cokerie à Anderlues.  Nous tenons à remercier les  guides, Claude  et David , pour leurs commentaires passionnés!
Merci aussi aux photographes qui ont bien voulu partager leurs clichés:  hélas nous avons dû trier parmi  la quantité de superbes photos réunies  🙂
Voir l’album collectif ci -dessous … 

Bref historique de la Cokerie

La Cokerie d’Anderlues a fonctionné de 1906 à 2002 pour le traitement de la houille et la fabrication de coke. En bordure, le charbonnage est actif de 1850 à 1967. Le terril, constitué par le charbonnage précité, a été ré exploité entre 1983 et 2002 pour la valorisation du charbon résiduel.
Depuis la fermeture de l’exploitation en 2002, le site est resté à l’état de friche*. Il comprend aujourd’hui les bâtiments de l’ancienne usine, globalement dans un état de délabrement avancé, ainsi que des prairies et un terril d’une trentaine d’hectares au sommet duquel les eaux polluées de la cokerie étaient déversées.**
Le site  tchorski.morkitu.org  rassemble  des photos d’archives et le témoignage émouvant des ouvriers lors de la fermeture du site.

Un des sites les plus pollués de Wallonie

Comme d’autres cokeries, celle  d’Anderlues figure parmi les sites les plus pollués de la Wallonie. Et pourtant,  la nature y renaît!
L’endroit à été  classé par la SPAQuE (organisme d’intérêt public spécialisé dans les friches industrielles) sur une échelle de risque de Classe A – c’est-à-dire très problématique. Voir l’enquête pollution sur ce lien (pdf).
Un chantier public de dépollution à été annoncé il y a plusieurs années mais rien ne bouge. Le dossier est bloqué suite à des démêlés juridiques entre l’Etat et les propriétaires privés. Au lieu d’oeuvrer à assainir le sol, ces derniers ont en effet aggravé la situation en stockant des déchets pollués  sur le site !
Ce dossier de santé publique qui traîne inquiète les riverains, et par extension, certains habitants des communes voisines.

Christine Caille,
Pour le Collectif Sentiers de la Haute haine

*Le site n’est accessible qu’avec une autorisation (mais attire de nombreux Urbex- Urban explorers) . **Source : Etude de la  SPAQue-2009

Mise à jour de l’article : Exploitation du grisou a Anderlues(RTBf auvio-mars 2018)

 

Ecouter le Chant des grenouilles?

4 Commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.