A propos de la balade du 18 septembre

Suite aux questions posées lors de notre balade à Morlanwelz sans voiture, voici quelques informations supplémentaires sur le parcours. Si vous avez d’autres éléments à ajouter, n’hésitez pas à nous écrire!

Clic vers d’AUTRES PHOTOS ( copyleft: J.Licata) 

Le schlamm
Cette balade nous a conduit le long de la rue Sainte Henriette qui est, en fait, au départ de la chaussée Brunehault, un chemin de terre qui rejoint la rue des Ateliers. Le long du sentier, nous nous sommes arrêtés à proximité d’anciens bassins à schlamm datant de l’exploitation des charbonnages de Mariemont.

Le schlamm (qui signifie boue ou vase en allemand) est le produit issu du triage et du lavage du charbon extrait des charbonnages. Lorsqu’il était déposé dans ces bassins, ce schlamm pouvait être dangereux car semblable à des sables mouvants dans lesquels on pouvait être englouti si on avait le malheur d’y mettre les pieds. Mais dans la plupart des cas, les gamins qui jouaient près des bassins en étaient quitte à rentrer chez eux crottés jusqu’aux genoux ! Ce schlamm contenait encore du charbon en assez faible quantité certes, mais qui pouvait encore être utilisé comme combustible.C’est toujours le cas actuellement car l’exploitant du terril Sainte Henriette continue à fabriquer du schlamm expédié, par exemple, en Chine. Les bassins actuels ne sont pas visibles car situés au centre de l’exploitation du terril.

Le site de Sainte Henriette
Un peu plus loin, à côté des bureaux de l’ancien charbonnage de Sainte Henriette, nous nous sommes trouvés à proximité de l’endroit où étaient implantés les baraquements de prisonniers qui furent occupés successivement par des russes durant la dernière guerre, des allemands après 1944, pour héberger les premiers mineurs italiens à leur arrivée en 1947.
Dans la plupart des régions minières belges, des baraquements semblables furent érigés qui à l’heure actuelle ont été démantelés à l’exception notable de la Cantine des Italiens à La Louvière le long du Canal du Centre.

La vie dans ces baraquements de Morlanwelz a été décrite de façon exceptionnelle dans le roman de Girolamo (alias Toni) Santocono , Rue des Italiens,  qui est encore disponible en librairie.
NDLR:Girolamo Santocono -Rue des Italiens, Edition du cerisier, Mons, 1986

Le Prieuré de Montaigu
Enfin, si nous ne nous sommes pas arrêtés devant le Prieuré de Montaigu, tous ceux qui sont intéressés par son histoire pourront en prendre connaissance dans l’ouvrage (encore disponible actuellement) que Valère Wastelain lui a consacré. NDLR: Valère Wastelain – Le Prieuré de Montaigu à Morlanwelz, Editions de l’Imprimerie provinciale du Hainaut à Jumet, 2000

Info EXTRA  en bonus
Pour les passionnés de l’histoire, nous vous recommandons le film Déjà s’envole la fleur maigre réalisé le cinéaste belge Paul Meyer en  1960.  Ce film , restauré et controversé, a été remis à l’honneur à  l’occasion des 70 ans de l’immigration italienne en Belgique.
Il est justement programmé  le 23 septembre à Carnières, lors d’une soirée présentée par Toni Santocono ! Infos: Centre Culturel Le Sablon 064/43 17 18.
 Voir le TRAILER  Déjà s’envole la fleur maigre

Et pour aller plus loin, voir le dossier RTBF:  des bras contre du charbon

Comme quoi, les petits chemins mènent souvent à de (grande)s découvertes locales  🙂

Pour le Collectif Sentiers de la Haute Haine,
André et Christine, Joseph, Luc et Mimie

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.